nl fr en

Découvrez le programme

Bientôt chez Toneelhuis

Théâtre 22 février — 20U00 — Bourlaschouwburg, Anvers

Vergeef ons

Toneelhuis / Guy Cassiers / Toneelgroep Amsterdam

Première

Liedje voor Gigi

Une série de boîtes magiques, des étoiles, de la neige noire, de la saucisse, un renardeau et de la musique.

Het kleine meisje van meneer Linh

Monsieur Linh a fui son pays que la guerre a anéanti, en quête d’un avenir meilleur pour sa petite-fille. Il ne se sent pas chez lui dans ce pays étranger, jusqu’au jour où il rencontre monsieur Bark.

Bezonken Rood

"Rouge décanté est une ode à la maestria. Une soirée pour mourir à petit feu." – Ruth Joos dans De Standaard

Bientôt

Théâtre 28 septembre 2017 t/m 22 mai 2018

Het kleine meisje van meneer Linh

Monsieur Linh fuit son pays ravagé par la guerre en quête d’un meilleur avenir pour sa petite-fille. Il ne se sent pas chez lui dans ce pays étranger, jusqu’au jour où il rencontre Monsieur Bark.

Théâtre 8 octobre 2017 t/m 4 avril 2018

Liedje voor Gigi

Une série de boîtes magiques, des étoiles, de la musique, une maison, des ombres, des portes qui s’ouvrent et se ferment.

Découvrez le programme complet

Nouvelles

Article — 8 mai 2017

Le BURO voor Stedelijk Enthousiasme

BURO voor Stedelijk Enthousiasme, une initiative de la Toneelhuis et de la compagnie de théâtre MartHa!tentatief, est une cellule de recherche et de production restreinte mais flexible qui s’inspire explicitement d’une urbanité en mutation perpé- tuelle. Dans les quatre années à venir, le BURO va réaliser quelques petits projets, mais aussi deux grandes créations au Bourla : la première est annoncée au cours de la saison 2018-2019.

Article — 5 mai 2017

Guy Cassiers à propos de Grensgeval (Borderline)

La crise de l’Europe

"Pour moi, Grensgeval [Borderline] cadre dans la série de spectacles sur l’histoire de l’Europe que j’ai montés au cours des dernières saisons, comme La trilogie du pouvoir, L’homme sans qualités, Cœur ténébreux, Sang et roses et Les bienveillantes. Dans ces productions, je me suis concentré sur la politique et le pouvoir et la manière dont cela a façonné notre continent. Bien que ces pièces parlent du passé, on y entend résonner des échos du présent.
Grensgeval aborde de façon explicite un sujet actuel : l’arrivée des réfugiés, leurs expériences, les réactions qu’ils ont suscitées en Europe et la manière dont on parle d’eux. La venue des réfugiés est un grand défi pour l’Europe, pour son identité et pour son avenir. Dans mes spectacles, je ne donne pas de réponses explicites. Ce n’est d’ailleurs pas ma tâche en tant que créateur de théâtre. Je confronte le public avec une situation spécifique à laquelle je désire réfléchir avec eux. Dans cette démarche, je me concentre très fort sur le langage ; on crée la réalité en la nommant. Un fil rouge à travers Les bienveillantes est la façon dont on parlait des Juifs durant la Deuxième Guerre mondiale : en les décrivant systématiquement comme des parasites ou de la vermine, on a engendré une image mentale d’un groupe qu’il faut exterminer. Dès lors, le pas à franchir vers une extermination effective n’est plus si grand. Dans certains discours politiques populistes actuels, on entend à nouveau ressurgir des termes très négatifs quand il s’agit de réfugiés. Certains considèrent l’Europe comme une victime menacée et envahie. Je trouve cela une évolution inquiétante en Europe."

Découvrez toutes les nouvelles